Première vidéo ! Ça se fête avec une bonne bière.

Intéressons-nous aux étiquettes de bières : Comment les lire ?
Que mettre dessus pour être réglementaire ?
Tout, tout, tout, tu sauras tout sur les étiquettes !

Retranscription texte

Salut les ours houblonnés,
C’est Damien pour Le Bear Trotter.
Aujourd’hui c’est ma toute première vidéo, du coup je vous souhaite la bienvenue chez moi, directement dans mon salon.

Pour cette première vidéo, on va voir un thème plutôt réglementaire : les étiquettes sur les bières.

Ça ne t’est jamais arrivé de te dire pourquoi les étiquettes des bières elles étaient si différentes mais qu’il y avait certaines ressemblances ?

On va donc faire le point ensemble.

Pour appuyer mes dire, je vais utiliser 4 bières françaises. Tout simplement parce que je vais parler uniquement de la réglementation française. Pour ça j’ai choisi :

  • Une bière de chez La Chamoise
  • Une autre de chez Azimut Brasserie
  • Une de chez Big Bang Beers
  • Et enfin la dernière de chez Bourganel

Sur les étiquettes des bières, il y a des mentions obligatoires et des mentions facultatives. Pour ça je me suis basé sur la réglementation de la DGCCRF.
En gros ce sont les flics de la consommation !
Si tu veux voir toute la réglementation, je te l’ai mise un petit peu plus bas dans un lien PDF.

Les mentions obligatoires :

Dénomination de la denrée

Tout d’abord, il faut faire apparaître la dénomination de la denrée. Elle est définie par le décret numéro 92-307.

Quantité nette

La quantité nette ou le volume que contient ton contenant devra bien être présente sur ton étiquette. C’est-à-dire 75 cl, 33 cl peu importe tant que c’est bien marqué sur ton étiquette.

Titre Alcoolémique

Autre point important, c’est le degré d’alcool. Il faudra bien penser à mettre sur ton étiquette le degré alcoolémique.

Pictogramme femme enceinte

Il faudra également que le pictogramme femme enceinte soit visible.
« – OOOOH, c’est un garçon ?
– Non c’est une bière »
Si tu ne veux pas mettre un pictogramme de femme enceinte, c’est pas grave, tu mets une phrase, par exemple : « La consommation d’alcool durant la grossesse nuit gravement au développement de l’enfant. »

Allergènes

Les allergènes éventuels sont obligatoires. 

Contrairement aux ingrédients, qui eux, ne le sont pas. Les allergènes sont à faire apparaître en surbrillance. En gras, avec un astérisque ou autre sur l’étiquette. 

Donc je pense notamment à tout ce qui est blé, orge. Vu qu’ils contiennent du gluten, ils peuvent créer des allergies.

Numéro de lot

Pour une question de traçabilité, il faudra bien que tu mettes un numéro de lot sur ton étiquette.

Nom/Raison sociale et adresse

Pour une transparence envers ton consommateur, il faudra que tu fasses apparaître soit ton nom, soit la raison sociale de ta brasserie, l’adresse également. 

Si c’est toi qui produit le tout, embouteille etc, donc uniquement ton adresse. Si c’est une autre brasserie qui fait ta bière, du coup il faudra bien penser à faire apparaître le nom, l’adresse du fabricant ou de l’embouteilleur.

Date de durabilité minimale (DDM)

La DDM ça te dit quelque chose ? 
ou Date de Durabilité Minimale.
On la connaissait surtout sous le nom de DLUO (Date Limite d’Utilisation Optimale), mais aujourd’hui sur une bière c’est DDM. 

Ça va permettre à ton consommateur de savoir jusqu’à quand la bière garde un maximum de ses qualité gustatives.

« Hmmmm cette bière est périmée depuis 6 mois ! »

Boire une bière dont la DDM est dépassée, ce n’est pas grave, tu ne vas pas être malade. Tu vas perdre en fait en qualité gustative.

Les mentions facultatives :

Ingrédients

Comme je te l’ai dit tout à l’heure, la liste des ingrédients n’est pas obligatoire. 
C’est bien la liste des allergènes qui l’est. 

Si tu veux faire apparaître toute la liste des ingrédients, il faudra bien que tu partes de l’ingrédient le plus utilisé jusqu’à l’ingrédient le moins utilisé.

Si c’est une « bière à » quelque chose. Donc à la cerise ou autre. Il faudra bien que tu penses à noter le pourcentage d’ingrédient dans ta bière.

Nom/Marque

Chose qui peut te surprendre. Le nom de la bière ou la marque n’est pas obligatoire sur une étiquette.

Point vert

Le point vert pour tout ce qui est recyclage n’est pas obligatoire également. 

On sait aujourd’hui que lorsque tu utilises une bouteille en verre pour faire ta bière, on sait quand même que le verre est recyclable.

Conseils

Sur certaines étiquettes, tu vas avoir notamment des conseils.
Donc :

  • En dégustation
  • En conservation
  • Accords bière et mets

Tout ça n’est pas obligatoire.
C’est juste pour donner une valeur ajoutée à ton produit. 

Moi je te le conseille vivement de faire cette valeur ajoutée parce que ça va permettre à ton client de savoir comment déguster ta bière et avec quoi l’accorder.

Caractéristiques de la bière

Ce qui est plutôt pas mal aujourd’hui, c’est de voir apparaître sur les étiquettes : 

l’EBC !
C’est-à-dire la couleur de ta bière.
Du coup, le client va pouvoir se faire une idée de la couleur possible de ta bière.

Tu vois pas mal aussi apparaître l’IBU sur l’étiquette. 

Ça va permettre justement de donner un degré d’amertume à ta bière.
Comme ça le consommateur, lui va pouvoir savoir directement plus ou moins, avoir une idée de l’amertume de ta bière.

Code barre

Le code barre n’est pas non plus obligatoire sur une étiquette.
Mais tu vas te rendre compte lorsque tu vas proposer ta bière dans des caves, chez des distributeurs que de plus en plus de ces distributeurs ou cavistes utilisent des logiciels avec une gestion à code barre

Ça leur permet d’une, de gagner du temps, parce qu’il y a l’entrée et la sortie du stock qui se fait en automatique avec le scan. Et de deux, de créer une traçabilité plus facilement. 

Donc moi je te conseille vivement de mettre en place ton code barre directement sur ton étiquette.
Ça te permettra de gagner du temps et d’éviter de changer justement tes étiquettes pour l’avenir.

Histoire de la brasserie

Dernière info qui est facultative, c’est l’histoire.

« Une souris se promenait dans un grand bois profond.
Ah, se dit un renard, une souris c’est très bon ! »

NON, pas celle-là.

Je te parle de l’histoire de ta bière, l’histoire de ta brasserie.
Dès que tu apportes une petite histoire sur ton étiquette, ça va permettre au client de comprendre un peu ce que tu as vécu lors de ton brassage.
D’entrer un peu plus dans ta brasserie et de vivre ce que toi tu vis au quotidien.
Donc comme ça, ça te permet d’inclure ton client dans ton brassage.

Voilà, maintenant tu sais ce qu’il faut faire apparaître sur tes étiquettes pour qu’elles soient réglementaires auprès de la DGCCRF. Il ne me reste plus qu’à te souhaiter une bonne journée, une bonne dégustation et à la prochaine ! Ciao !

Ce qu'il faut retenir

  • Réglementation de la DGCCRF
  • Mentions obligatoires et facultatives
  • Obligatoire : Dénomination denrée, quantité nette, titre alcoolémique, picto femme enceinte, allergènes, numéro de lot, nom/raison sociale et adresse, DDM
  • Facultatif : Ingrédients, nom/marque, point vert, conseils, caractéristiques bière, code barre, histoire

Si tu as aimé cet article, n’hésite pas à suivre Le Bear Trotter sur Facebook ou Instagram.
Si ce n’est pas déjà fait, pense à télécharger mon guide “Choisir et accorder sa bière à un plat en un clin d’oeil” pour aller plus loin.
A la prochaine pour un nouvel article et bonnes dégustations !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu

Recevez gratuitement le livre "Choisir et accorder sa bière à un plat en un clin d’œil ! "