Mais par où commencer ?
Comment s'y prendre correctement ?

Ce sont les questions que l'on se pose régulièrement lorsque l'on commence une nouvelle activité. Il y a tellement de choses à découvrir que l'on ne sait même plus par où commencer.
En biérologie c'est la même chose.

On m'a demandé plusieurs fois comment faire pour se lancer mais aussi améliorer ses connaissances, alors voici 5 conseils en biérologie pour toutes les personnes souhaitant se former.

5 conseils pour bien démarrer en biérologie

Cet article participe à l’événement inter-blogueurs du blog Comment Brasser sa Bière ? sur le thème “Quelles astuces donneriez-vous à un débutant ?“. Pour en savoir plus et découvrir plus de témoignages, rendez-vous sur l’article.

#1 Entraîner son palais

C’est ce que l’on peut appeler la partie la plus intéressante 😉

Et oui, quand tu veux t’améliorer en biérologie, tu es obligé de goûter à toutes sortes de bières.
Je sais, tu es déçu, il va falloir que tu descendes quelques demis ou pintes pour que ton palais s’améliore.

La bière est la boisson la plus riche niveau palette gustative.
Pour réussir à reconnaître les saveurs, les arômes, tu dois passer par l’étape de test. Il faut tester encore et encore.

Comme pour le vin, le palais se travaille afin d’être plus performant.
Un athlète se prépare, s’entraîne au quotidien pour améliorer ses performances. Il se prépare sans relâche pour être au top le jour J. Ce qui lui a demandé des heures, des mois, des années d’entraînement.
Rien ne se fait sans travail.
Il faut donc être patient pour ressentir petit à petit la richesse d’une bière.

Au départ, ton cerveau va beaucoup comparer les saveurs qu’il ressent.
Il travaille sur la base de données que tu lui présentes. Si tu ne manges que des steaks/patates, tes papilles gustatives n’ont alors qu’un listing restreint de saveurs. Il te faudra donc en découvrir de nouvelles pour que cette dernière grandisse petit à petit. Ce qui risque de te demander plus de temps.
Je te conseille de lire
l’article sur le fonctionnement du goût pour en savoir plus.

Plus ta base de donnée gustative est fournie, plus il sera facile pour toi d’identifier les saveurs, arômes qui se présentent à toi.
Pour cela il n’y a qu’une chose à faire, PICOLER 😉

#2 Le savoir infini

Accéder à un savoir infini c’est possible grâce à la lecture.
Personnellement je suis de nature curieuse et j’aime m’instruire.
Comme le disait Socrate “Je sais que je ne sais rien.” (Et dire que j’ai eu 6 au Bac philo :/ )

Vu que je ne sais rien, je me tourne vers les personnes qui ont un savoir et qui le transmettent. Ils écrivent des livres pour partager leurs connaissances. Il faut donc lire pour en apprendre toujours plus.

J’ai commencé avec “Bières, leçon de dégustation“, d’Elisabeth Pierre (zythologue internationale). 
Ce livre m’a apporté les bases de mes connaissances. Il m’a permis d‘appréhender l’histoire de la bière, mais aussi de savoir comment déguster et accorder les bières.

J’ai également choisi de lire “Les saveurs gastronomiques de la bière“. C’est la bible pour tout biérologue en devenir.
Il aborde les défauts, les goûts, mais également les grands styles de bières pour en comprendre les caractéristiques. (voir cet article pour avoir plus d’informations)

Bien entendu, j’ai également pris avec moi “Le guide Hachette des bières” toujours écrit par Elisabeth Pierre.
Ce guide te permet de sélectionner rapidement les bières qu’il faut découvrir. Il permet de faire un tour de ces dernières par région.

Enfin, aujourd’hui pour améliorer mon anglais technique, je lis “Tasting Beer” de Randy Mosher.
C’est une référence aux Etats-Unis, mais aussi dans le monde entier pour toutes les personnes qui souhaitent passer la certification Cicerone. Ce livre aborde l’histoire de la bière, l’art du service d’une bière mais aussi les différents styles, le tout en anglais.

Commence avec ces livres, tu auras déjà une bonne vision globale.

#3 Agrandir sa base de données

Il faut que tu sortes de ta zone de confort (découvre pourquoi il faut sortir de sa zone de confort).

Se cantonner à un unique style ne va pas te permettre d’élargir ta base de données gustative.
C’est un peu comme si tu mangeais encore et toujours le même plat. Au début c’est cool, mais au final tu ne prends plus réellement de plaisir.

Ton cerveau a besoin  de travailler.
Il a besoin de découvrir toujours de nouvelles choses pour éviter la monotonie. Donc fais-toi plaisir et teste ce qui de prime abord ne te plaît pas.
Quel est le risque ? Aimer ça ou au pire, recracher sur ton voisin ?

Je n’aime pas le café. J’ai essayé plusieurs fois mais je n’éprouve aucun plaisir à en boire. Et pourtant, je déguste petit à petit des Stouts, des Porters. Ces bières qui ont généralement des arômes de café, cacao. Je sors de ma zone de confort pour l’agrandir. Au final, la saveur du café dans une bière ne me dérange pas puisqu’il y en a d’autres qui se mélangent.

Les goûts changent avec l’âge, il faut donc penser à réessayer régulièrement pour voir si ce n’est toujours pas à notre goût ou non.

Autre point, essaye de faire des dégustations à l’aveugle.
D’une, tu n’auras pas d’a priori sur ce que tu vas déguster. De deux, tu seras beaucoup plus concentré sur ce que tu vas découvrir. (voir les avantages d’une dégustation à l’aveugle)
Tes sens seront pleinement opérationnels pour te procurer une expérience nouvelle.
En faisant ça, tu identifieras plus facilement des saveurs sur ce que tu ressens.

#4 Participer à des ateliers

C’est bien de lire, de tester de son côté, mais c’est aussi important de participer à des ateliers de dégustation.

Lorsque l’on travaille de notre côté, on peut prendre certaines mauvaises habitudes.
Comme quand tu repasses le code après une longue période de conduite. Tu as pris certaines mauvaises habitudes qu’il faut recadrer.
Les ateliers permettent une remise à plat des pratiques.

Le fait d’y participer te permet d’appréhender les bonnes techniques de dégustation tout en engrangeant un savoir qui n’était pas forcément écrit dans ce que tu as pu lire.
Et puis ça permet d’en mettre plein la vue aux copains une fois à la maison 😉

Un atelier c’est aussi du partage.
L’orateur va partager son savoir à l’auditoire mais l’auditoire peut également partager des connaissances personnelles. On apprend doublement.

Ce genre d’activité te permet aussi d’évaluer tes connaissances, tes compétences. C’est une mise en application de ton savoir.
L’animateur de la dégustation sera généralement une personne plus expérimentée que toi (biérologue, caviste, brasseur…). Il aura pris le temps de travailler sa dégustation, de tester auparavant les produits proposés et détectera certaines flaveurs que tu n’auras pas sentis.

C’est un bon exercice d’échange et d’expérimentation.

J’ai participé à plusieurs ateliers et je dois encore m’améliorer. Il me manque encore des flaveurs à découvrir, du vocabulaire et des idées de pairing.

#5 Suivre la tendance

Quels sont les lieux où le partage est le plus important ?
Les réseaux sociaux !

Clairement, hormis les livres, les tests, j’ai énormément appris en suivant des groupes de discussion, des beerfluenceurs (de bons buveurs sur les réseaux, mais c’est plus classe ;)).

Que ce soit du partage de dégustation pour donner l’eau à la bouche, du partage de problématiques spécifiques. Les réseaux sociaux sont devenus omniprésents.
On ne peut plus faire sans, donc autant en tirer parti.

Voici donc ma liste de groupes ou pages à rejoindre sur les réseaux qui ne sont pas uniquement du partage de photos de bières :

Groupes :
(Attention, sur les groupes, il y a certains geeks un peu mal léchés de temps en temps qui ont oubliés qu’un jour eux aussi ont commencé)

  • French Beer Geek : pour échanger sur l’actualité brassicole
  • Nanobrasseur : pour en apprendre plus sur le brassage
  • Brewjob : pour se tenir informé des offres d’emplois du secteur
Pages et autres :
Tu auras déjà un bon aperçu de ce qui se fait dans le domaine de la bière 😀

Ces 5 conseils en biérologie vont te permettre de te lancer correctement dans ce domaine.
C'est la méthode que j'utilise pour me permettre un jour d'atteindre mon but de devenir biérologue.

Le plus important étant de tester régulièrement des bières afin que ton cerveau enregistre de nouvelles flaveurs. Plus tu testes, plus il te sera facile de reconnaître un style, une saveur, un faux-goût.
L'entraînement est la base de tout.
La lecture ne remplacera jamais la pratique.
On assimile beaucoup plus facilement les choses lorsqu'elles sont pratiquées.

Ne fais pas comme les 2/3 des personnes sur Terre, lorsque tu apprends quelque chose, mets-le en pratique pour voir si cela fonctionne.

C'est ce que je fais au quotidien avec ce blog 😉

Ce qu'il faut retenir

  • Tester, encore et toujours
  • Lire pour accroître ses connaissances
  • Sortir de sa zone de confort pour élargir sa palette gustative
  • Participer à des ateliers pour avoir les bonnes pratiques
  • Etre présent sur les réseaux sociaux pour échanger et apprendre

Si tu as aimé cet article, n’hésite pas à suivre Le Bear Trotter sur Facebook ou Instagram.
Si ce n’est pas déjà fait, pense à télécharger mon guide “Choisir et accorder sa bière à un plat en un clin d’oeil” pour aller plus loin.
A la prochaine pour un nouvel article et bonnes dégustations !

Cet article a 2 commentaires

  1. Hello Damien,
    Merci pour ta participation à l’évènement inter blogueur.
    et merci pour tes précieux conseils de biérologue avisé!
    Il me manque de la pratique 😉 J’y retourne!

    1. Salut Aurélie,
      Merci d’avoir proposé ce thème et merci de ton commentaire.
      Plus qu’à lire les autres conseils 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu

Recevez gratuitement le livre "Choisir et accorder sa bière à un plat en un clin d’œil ! "