Chaque bière est un mélange complexe de flaveurs. Le goût est rapport à chacun. Certaines personnes apprécieront une bière tandis que d'autres non. Nous avons chacun notre sensibilité gustative. Cependant, certaines flaveurs sont considérées comme des défauts. Voici un petit tour des 24 non-flaveurs de la bière.

Les défauts d’une bière proviennent généralement de la conception en elle même. C’est une erreur dans le processus de fabrication.  Cependant, certaines personnes pourraient trouver la présence d’un faux goût dans une bière alors que d’autres non. Tout est affaire de goût et de sensibilisation.

Comme pour le vin, il faut mettre des mots afin de caractériser, décrire la bière. Un petit tour des 24 défauts d’une bière va te permettre d’améliorer tes connaissances en biérologie, mais surtout identifier ces non-flaveurs.

Contrôler la cause des défauts d'une bière

Reconnaître les non-flaveurs et gérer ses causes vont de pair. Lorsque l’on apprend à identifier les causes d’une saveur particulière, il sera plus simple de gérer le brassage pour la contrôler ou l’éliminer.

Le brasseur doit avoir une vue d’ensemble des différentes causes des saveurs résultantes de son processus de brassage. Tant qu’il n’y a aucun contrôle sur la fabrication, les “défauts” sont considérés comme indésirables. Une fois les causes connues et le processus maîtrisé, le brasseur pourra décider du résultat obtenu.

Les non-flaveurs résultantes d’une contamination sont presque toujours considérées comme défectueuses. Ces contaminations sont généralement causées par un mauvais assainissement ou plus rarement par des erreurs de pratiques de la part du brasseur. Cependant, certaines contaminations par des levures sauvages peuvent sublimer la bière et la rendre unique. 

Les causes peuvent être diverses et ne résultent pas toujours d’une contamination. Cela peut provenir d’un mauvais contrôle des températures de fermentation, d’une seconde fermentation arrivée trop tard, d’un mauvais choix dans les levures…

Tu trouveras donc pour chaque défaut, les causes pouvant l’engendrer afin de mieux maîtriser le processus de brassage.

Un goût altéré par notre sensibilisation et notre perception

Si certaines personnes apprécient la présence d’amertume dans leur breuvage, d’autres le sont beaucoup moins. Quelqu’un n’aimant pas l’amertume et goûtant une India Pale Ale (IPA) peut penser que cette bière a un défaut, celui d’être trop amère.

Chaque personne possède son seuil de tolérance à un certain goût. Il va varier selon nos préférences et notre état d’esprit. Ce qui est un défaut pour certains peut être une qualité pour d’autres. Plus on essayera des styles de bières variés, plus nos papilles seront à même de reconnaître un défaut. La pratique, on en revient toujours là (voir aussi cet article pour améliorer ses connaissances gustatives)

J’ai dernièrement fait tester une Gueuze à ma chérie. Elle a détesté (pourtant c’était une Cantillon, le top du top). Elle avait l’impression de boire un cidre qui avait tourné. Je ne lui en veux pas, parce que sa complexité gustative fait que soit on aime soit on déteste. Pour elle, ce qui était un mauvais goût était pour moi un ravissement du palais.

L'apprentissage des défauts d'une bière

Pour identifier les défauts d’une bière, il va falloir pratiquer. Il y a plusieurs options qui s’offrent à toi. Tout d’abord tu peux décider d’acheter un kit de non-flaveur, comme celui proposé par Cicerone ou encore celui de Aroxa, mais c’est un petit budget. 

La deuxième option est de suivre un cours de faux goûts d’une bière. Certaines brasseries le proposent, ou l’on voit généralement des ateliers lors des festivals. Cette option se fait en groupe, donc le mieux est de trouver quelques personnes pour suivre l’atelier.

La dernière option est la plus économique. Quand tu ne veux pas dépenser une certaine somme dans des kits ou des ateliers, il y a le bon vieux fais le toi-même ou DIY (Do It Yourself). Il ne sera peut-être pas le plus performant, mais il te permettra d’appréhender une première fois les non-flaveurs. Je n’ai pas inventé la roue et je vais encore moins la révolutionner. Je te propose donc une technique employée par beaucoup, qui permet d’identifier les défauts d’une bière. Comme dans toutes dégustations, pour comparer, il faut un échantillon viable et un contaminé. Il te faudra donc des lagers sans goût complexe, limite insipide (les grands goupes peuvent servir à quelque chose pour une fois ;)) qui te permettront d’avoir ton témoin et ton testeur.

Voici la démarche à suivre :

  1. Utilise une Lager légère et peu goûteuse
  2.  Sers ta bière à température de service (fraîche) dans deux verres (un qui fera ton témoin et un pour tester la non-flaveur)
  3.  Ajoute une petite quantité de la flaveur cherchée (que je t’explique dans chaque défaut)
  4. Prends des notes 🙂

Les 24 défauts d'une bière

Voici la liste des 24 défauts que l’on peut rencontrer dans une bière :

Diacétyle

Fiche d'identité

Sa perception

Cela donne un goût de beurre rance à la bière. On peut également ressentir un goût de Pop Corn ou encore de beurre légèrement caramélisé. Cela va donner en bouche un léger côté huileux, crémeux.

Son degré d'importance

Le diacétyle est présent dans la plupart des bières à une certaine concentration. Il peut être une saveur souhaitée dans certains styles comme les English Bitter, Scotch Ales ou encore la Pilsner Tchèque (en petite quantité), mais est considéré comme indésirable pour le reste. Le seuil de tolérance est de 0,04 mg/L. Cette saveur peut devenir plus prononcée au fil du temps

Sa cause

Cela est produit par l’ensemble des levures durant la fermentation. Elle produisent le diacétyle qui est ensuite réabsorbé par les cellules des levures. La non-réabsorption ou sur production est causée par une ébullition faible ou courte, des températures basses pendant la fermentation, une levure mutée ou un soutirage trop tôt ou encore une contamination bactérienne.

Comment le contrôler ?

Voici quelques pistes pour éviter de te croire au cinéma en buvant ta bière :

  • Faire bouillir à bonne température durant le temps imparti
  • Bien aérer le moût. Attention, il faut arrêter lorsque la fermentation a commencé
  • Augmenter légèrement la température de fermentation vers la fin du processus afin d’absorber le diacétyle
  • Ne pas retirer trop tôt la bière de la fermentation. Bien vérifier que les levures ont fini leur travail
  • Désinfecter correctement son matériel

A toi de jouer :

  1. Si possible, achète un flacon d’arôme de beurre avec une pipette.(sinon fais fondre du beurre)
  2. Verse quelques gouttes (une par une) dans ta bière
  3. Teste. Tu devrais sentir le beurre
  4. Si ce n’est pas le cas, rajoute encore de l’arôme une goutte par une goutte

DMS (Sulfure de diméthyle)

Fiche d'identité

Sa perception

Ce défaut rappelle les légumes. Il prend le goût du maïs ou encore du choux cuit. Cela peut prendre également le goût d’huîtres ou encore de jus de tomate selon les bières.

Son degré d'importance

Ce goût joue un rôle dans certaines Pale Lager, bières allemandes et Pilsner américaines. La présence de DMS se fait sentir à partir de 0,025 mg/L. Au fil du temps, le sulfure de diméthyle s’estompe dans la bière.

Sa cause

Le DMS provient d’un composé organique à base de soufre (SMM : S-méthyl méthionine) qui est produit lors de la germination du grain de céréale au cours du processus de maltage. Les malts Pilsner sont plus à même de développer le sulfure de diméthyle à des niveaux élevés. L’utilisation de maïs dans la bière créera également ce goût de légume. Lors de l’ébullition du malt, les SMM sont transformés en DMS. Si le malt contient une teneur élevée en humidité il y a également un risque d’augmenter les SMM. Cela peut également provenir d’une contamination bactérienne durant la fermentation.

Comment le contrôler ?

Voici quelques pistes pour éviter la choucroute garnie dans ton verre :

  • Réduire l’utilisation de malts Pilsner, de malts Lager et d’adjuvants au maïs
  • Stocker le malt dans un endroit sec et frais
  • Utiliser une cuve d’ébullition suffisamment grande pour réaliser une ébullition énergique sans craindre les débordements tout en laissant le couvercle
  • S’assurer que le temps d’ébullition est suffisamment long selon le malt utilisé
  • Refroidir le plus rapidement le moût
  • Assainir correctement son matériel

A toi de jouer :

  1. Fais cuire du maïs en boîte dans une casserole d’eau
  2. Une fois le maïs cuit, récupère le jus
  3. Verse quelques gouttes du jus (une par une) dans ta bière
  4. Teste. Tu devrais sentir le goût de maïs
  5. Si ce n’est pas le cas, rajoute encore un peu de jus, une goutte par une goutte

Acétaldéhyde

Fiche d'identité

Sa perception

Le goût de pomme pas mûre est représentatif de ce faux goût. On le caractérise généralement pas une flaveur de pomme verte. On peut également sentir l’odeur d’une citrouille fraîchement coupée. Cela peut faire parti de certains styles de bière comme les Lagers américaine ou les bières de garde.

Son degré d'importance

L’acétaldéhyde est présent dans toutes les bières, à un certain niveau. C’est un composant intermédiaire pour la création d’alcool lors de la fermentation. On le ressent à partir de 5-15 mg/L

Sa cause

Ce goût de jeune pomme est produit pas la levure au cours de la fermentation. La fermentation permet de transformer les sucres en alcool et l’acétaldéhyde est donc la phase intermédiaire de l’éthanol. Cela peut être également causé par une oxydation de la bière ou encore une présence trop importante d’oxygène dans le conditionnement.

Comment le contrôler ?

Voici quelques pistes pour éviter le goût de pomme verte :

  • Avoir des levures en bonne santé
  • Réaliser la fermentation à une température appropriée pour les levures
  • Ne pas aérer après le début de fermentation
  • Laisser fermenter plus longtemps
  • Minimiser l’introduction d’O2 lors de la mise en bouteille
  • Bien désinfecter son matériel
 

A toi de jouer :

  1. Si possible, achète un flacon d’arôme de pomme verte avec une pipette (sinon prend une pomme verte et écrase la pour récupérer du jus)
  2. Verse quelques gouttes (une par une) dans ta bière
  3. Teste. Tu devrais sentir la pomme
  4. Si ce n’est pas le cas, rajoute encore de l’arôme une goutte par une goutte

Mouffette / Lumière

Fiche d'identité

Sa perception

Tu sens cette petite odeur de putois ? Oui c’est bien ta bière. Lorsque la bière possède ce défaut, elle sent fort la mouffette.

Son degré d'importance

Cela ne se produit que dans la bière qui est finie. Elle est toujours considérée comme un défaut, mais certaines marque (Heineken ou Corona) s’accommode de cette odeur. On ressent cette odeur à partir de 4 ng/L. En général, plus on stocke une bière atteinte, plus cette odeur se développera. Son développement sera accru si on ne la stocke pas dans de bonnes conditions.

Sa cause

C’est l’exposition de la bière à la lumière qui endommage cette dernière. Lorsque le houblon est exposé aux UV ou à la lumière bleue, un composé chimique sulfurique (Mercaptan) va se développer. Ce qui donne cette odeur de putois. Les bières contenues dans une bouteille verte ou transparente sont plus à même à la développer. Les bières exposées trop longtemps sous un néon risquent cette odeur désagréable.

Comment le contrôler ?

Voici quelques pistes pour contrôler la luminosité entrante dans ta bière :

  • Acheter des bières en canettes ou dans des bouteilles marrons
  • Stocker les bières en bouteille verte ou transparente dans un endroit sombre
  • Ne pas exposer directement sa bière à la lumière du soleil. Surtout si elle est chargée en houblon
  • Conserver le brassin à l’abri de la lumière, qu’il soit en fermentation ou déjà en bouteille
  • Utiliser des bouteilles marrons ou des fût pour le conditionnement
  • Si possible, utiliser moins de houblon

A toi de jouer :

  1. Achète deux bières en bouteille verte
  2. Stocke une bière dans l’obscurité et une au soleil pendant 2 jours
  3. Verse dans 2 verres différents les 2 bières
  4. Teste. Tu devrais sentir la mouffette qui monte au nez
  5. Si ce n’est pas le cas, laisse ta bière dans ton verre au soleil quelques minutes et teste à nouveau

Oxydation

Défaut bière : carton

Fiche d'identité

Sa perception

Ta bière goûte le “vieux“. On reconnait que la bière est vieille parce qu’elle a ce goût de carton, de papier mâché. L’oxydation va également apporté un petit goût métallique à la bière.

Son degré d'importance

L’oxydation est une saveur associée au processus de vieillissement de la bière. Les qualités gustatives qu’elle prend vont dépendre du style et de la température de conservation de cette dernière. Certains arômes ressenti font parti du profil recherché de la bière lorsqu’elle vieilli, d’autres le sont moins. Le seuil de détection va dépendre entièrement du style de la bière qui est vieilli. Certaines saveurs vont prendre de l’importance au cours de la conservation, mais d’autres peuvent disparaître. Il faudra donc éviter de faire vieillir une bière chargée en houblon puisque l’on cherche la fraîcheur aromatique. Le houblon perd de sa puissance au fil du temps.

Sa cause

Cela est directement causé par le vieillissement. La rapidité et l’ampleur d’oxydation dans la bière résultent des conditions de stockage comme la température, de l’oxygène présente dans le contenant ou tout simplement des ingrédients utilisés. Plus une bière est en contact avec l’oxygène, plus le processus d’oxydation est rapide et sévère, voilà pourquoi il faut conserver une bière debout.

Comment le contrôler ?

Voici quelques pistes pour éviter que ta bière sente le vieux :

  • Minimiser l’aération du moût chaud
  • Ne pas aérer la bière après le début de la fermentation
  • Ne pas laisser plus de 4 cm entre la capsule et le niveau de la bière dans la bouteille
  • Utiliser des capsules anti-oxydante (ou des bouchons de liège si possible)
  • Idéalement conserver sa bière à 10°C
  • Ne pas faire vieillir une bière qui ne doit pas l’être

A toi de jouer :

  1. Achète 3 bières
  2. Conserve une bière au chaud ( 28°C), une à température cave (10-12°C) et une au réfrigérateur
  3. Laisse les pendant un mois
  4. Verse un peu de chaque bière dans 3 verres différents
  5. Teste. Tu devrais sentir une différence
  6. Si ce n’est pas le cas, laisse une bière ouverte pour accélérer l’oxydation

Acide acétique

Fiche d'identité

Sa perception

La bière peut goûter le vinaigre avec une acidité ressentie sur l’arrière et le côté de la bouche.

Son degré d'importance

L’acétique est un arôme de vinaigre ou d’acide que l’on trouve dans toutes les bières à un certain niveau. Dans certains styles tels que les lagers, les bières de blé, la lambic, l’acide acétique va apporter un équilibre à la bière. Son seuil de tolérance sera donc variable selon le style de bière souhaité. Pour obtenir une lambic, on a volontairement exposé le moût à des levures sauvages apportant ce côté acide. A une concentration élevée, cela peut devenir désagréable au palais.

Sa cause

L’acide acétique fait parti du processus de brassage. Il est produit pas la levure en fermentation. Les levures sauvages sont également à prendre en compte dans l’apport d’acétique. Certaines peuvent produire plus d’acide que d’autres et modifieront le profil aromatique de la bière. Les saveurs très acides ou vinaigrées sont pratiquement toujours le résultat d’une infection bactérienne.

Comment le contrôler ?

Voici quelques pistes pour éviter que ta bière te serve de vinaigrette :

  • Choisir une souche de levure appropriée au style brassé
  • Éviter les fermentations à haute température
  • Changer son matériel de brassage en plastique. S’il est rayé, certaines bactéries peuvent se cacher 😉
  • Désinfecter correctement le matériel
 

A toi de jouer :

  1. Achète du vinaigre blanc
  2. Verse dans 2 verres de la bière (un verre témoin, un testeur)
  3. Verse quelques gouttes (une par une) de vinaigre dans ta bière
  4. Teste. Tu devrais sentir ce côté vinaigré, acide
  5. Si ce n’est pas le cas, rajoute encore quelques gouttes

Ester

Fiche d'identité

Sa perception

La bière donne des flaveurs fruitées qui se rapprochent de la banane, mais aussi parfois de la poire, de la fraise ou des agrumes. En concentration importante, l’ester peut apporter un goût de solvant, de vernis à ongle.

Son degré d'importance

Cette saveur est présente dans toutes les bières, mais se fait plus sentir dans les bières de blé (bière blanche). Dans certains style, cela apporte une palette aromatique plus importante. Ce sera notamment le cas pour les bières blanches allemandes (Hefeweizen) ou encore certaines bières belges. On commence à sentir la présence de l’ester à partir de 1,4 mg/L. Avec le vieillissement, ce goût de banane à tendance à disparaître.

Sa cause

Tous les esters sont produits par la levure durant la fermentation. Elle est amplifiée par l’utilisation de certaines souches de levure, les températures trop importantes et le manque d’oxygène lors de la fermentation. On peut la retrouver dans certains livres sous le nom d’acétate d’isoamyle (Isoamyl Acetate).

Comment le contrôler ?

Voici quelques pistes pour éviter de sentir la banane :

  • Choisir une souche de levure appropriée au style brassé
  • Aérer le moût avant la fermentation
  • Insérer la bonne quantité de levure saine
  • Contrôler la température de fermentation

A toi de jouer :

  1. Si possible, achète un flacon d’extrait de banane avec une pipette
  2. Verse quelques gouttes (une par une) dans ta bière
  3. Teste. Tu devrais sentir la banane
  4. Si ce n’est pas le cas, rajoute encore de l’extrait une goutte par une goutte

Astringence

Fiche d'identité

Sa perception

On ressent un assèchement de la bouche lorsque l’on boit une bière astringente. C’est un peu le même effet que de sucer un sachet de thé humide ou encore une peau de raison. Il y a un côté tannique, granuleux qui n’est pas des plus agréables en bouche.

Son degré d'importance

L’astringence va donner une sensation de froncement de la bouche. Il sera semblable au tanin (comme dans le vin). Il est généralement considéré comme une saveur désagréable, mais certaines lagers maltées chercheront à le mettre en avant à un taux extrêmement faible. L’astringence est perceptible à une très petite quantité entre 1 et 20 µg/L. Au fil du temps, elle a tendance à disparaître dans la bière.

Sa cause

Les tanins sont la première cause de l’astringence. Ils se trouvent dans l’enveloppes des grains de céréales. Ils peuvent apparaître si le brasseur broie trop finement son malt. De plus, si lors de la saccharification le brasseur laisse trop longtemps le grain et le moût en contact, cela peut favoriser le développement de ce défaut. Ce goût de thé se développera également lorsque l’on rince trop longtemps les drêches ou qu’on le fasse avec une eau trop chaude.

Comment le contrôler ?

Voici quelques pistes pour éviter que ta bière soit un thé raté :

  • Ne pas trop broyer ses grains
  • Ne pas dépasser 90 minutes de saccharification
  • Rincer ses drêches avec une eau moins chaude et moins longtemps

A toi de jouer :

Si tu es courageux : suce un sachet de thé humide (tu verras ça te passera l’idée de réessayer :p )

  1. Achète quelques grains de malt
  2. Réalise un thé de malt dans une eau bouillante
  3. Laisse infuser quelques minutes
  4. Verse toi de la bière dans 2 verres (un témoin, un test)
  5. Verse quelques gouttes de ton infusion
  6. Teste. Tu devrais sentir un petit assèchement
  7. Si ce n’est pas le cas, rajoute encore de quelques gouttes

Phénolique

Fiche d'identité

Sa perception

Cette non-flaveur se distingue par son côté amer, épicé, fumé qui a tendance à tirer vers le goût de médicament. Son goût peut se rapprocher d’un antiseptique à l’iode (bétadine).

Son degré d'importance

C’est considéré comme un défaut déplorable dans une bière. Cependant, en petite quantité, elle peut composer le profil d’un Stout ou d’une bière de blé allemande. On ressent le phénolique à partir de 0,05 mg/L. Le fait de vieillir sa bière ne changera en rien le goût. Une fois que la saveur médicamenteuse est présente, elle reste.

Sa cause

Ce faux goût peut être causé par des levures sauvages ou spécifiques qui produisent beaucoup de phénols. La présence de chlorophénol dans l’eau du robinet peut également engendrer ce genre de situation. Tout comme un assainisseur d’eau ou un désinfectant à base de chlore.

Comment le contrôler ?

Voici quelques pistes pour éviter de te retrouver pharmacien et non brasseur :

  • Utiliser des levures produisant moins de phénols
  • Filtrer l’eau qui provient du robinet
  • Rincer abondamment après l’utilisation de désinfectant à base de chlore
  • Utiliser un désinfectant sans chlore
  • Eviter la contamination par des levures sauvages lors de la fermentation

A toi de jouer :

  1. Si possible, achète un flacon d’extrait de clou de girofle avec une pipette. (la plupart des pharmacies en vendent contre la rage de dent)
    Pour en avoir pris pour soigner une rage de dent, je peux te dire que c’est ignoble 🙁
  2. Verse quelques gouttes (une par une) dans ta bière
  3. Teste. Tu devrais sentir le médicament
  4. Si ce n’est pas le cas, rajoute encore de l’extrait une goutte par une goutte

Métallique

Fiche d'identité

Sa perception

Parfois, la bière peut prendre un petit goût métallique proche du fer. Elle va avoir tendance à avoir une saveur de cuivre, de rouille. Si on veut pousser la comparaison, on pourrait même dire qu’elle a un goût de sang (attention aux vampires).

Son degré d'importance

Cela apporte une mauvaise flaveur à la bière. Un voile peut se former dans la bière à cause des ions métalliques. Ils peuvent même faire perdre la saveur et la qualité de la bière. Généralement le seuil de détection est d’environ 1 mg/L. Si l’on fait vieillir une bière avec ce problème, les notes métalliques vont se développer au sein de cette dernière.

Sa cause

Il existe plusieurs causes potentielles du développement de cet effet métallique en bouche. Tout d’abord, cela peut provenir d’une oxydation qui peut amener des notes de rouilles. La deuxième option est l’utilisation d’un matériel de brassage métallique abîmé. En effet, si le matériel n’est pas en bon état, il peut libérer des morceaux microscopiques métalliques qui viendront se mélanger au moût. Une autre possibilité est l’utilisation d’une eau trop chargé en minéraux. La dernière option serait l’utilisation de capsules défectueuses qui libèrent des ions dans les bouteilles de bière.

Comment le contrôler ?

Voici quelques pistes pour éviter de transformer ton client en vampire :

  • Traiter l’eau pour éliminer les minéraux
  • Utiliser du matériel de qualité alimentaire. Il vaut mieux préférer du matériel en aluminium pour éviter la contamination
  • Ne pas employer de contenant ou accessoires susceptibles de se corroder
 

A toi de jouer :

On s’est tous déjà coupé la lèvre et léché le sang qui coulait. Rassure toi je ne vais pas te demander de te couper, mais tu as déjà une idée du goût.

  1. Sers toi une bière dans 2 verres différents
  2. Plonge dans un verre un morceau de cuivre (bien nettoyé) durant une minute
  3. Teste. Tu devrais sentir le métal
  4. Si ce n’est pas le cas, remet le à tremper quelques instants

Savonneux

Fiche d'identité

Sa perception

On ressent une sensation huileuse et grasse à l’intérieur de notre bière. Comme une sensation de lécher un savon.

Son degré d'importance

Le goût de savon est désagréable à la dégustation. Il apportera un faux-goût à la bière.

Sa cause

Il existe deux causes pour ce côté savonneux. La première est que le verre a été mal rincé après le nettoyage, c’est pourquoi une fine pellicule de savon est resté sur la paroi du verre. La deuxième option est que la bière est restée trop longtemps en fermentation primaire dans le fermenteur.

Comment le contrôler ?

Voici quelques pistes pour éviter de goûter le savon:

  • Bien rincer son verre avant le service
  • Laisser la bière moins longtemps dans le fermenteur

A toi de jouer :

  1. Lave un verre de bière avec du savon
  2. Rince le, mais pas complètement
  3. Verse un peu de bière dans ce verre mal rincé
  4. Teste. Tu devrais sentir le côté huileux du savon
  5. Si ce n’est pas le cas, recommence en rinçant moins ton verre

Fadeur

Fiche d'identité

Sa perception

Ici, ce sera l’évaluation de la personne qui goûte la bière qui déterminera si la bière est fade où non. Une personne dit qu’un produit est fade lorsqu’il manque de goût ou de corps.

Son degré d'importance

Tout dépendra du jugement du testeur. Il y a certains moment, on sera moins réceptif au goût d’une bière qu’à d’autres. La psychologie de la personne et le développement des papilles joue également un rôle important dans l’importance de la fadeur d’une bière. Lorsque l’on a passé une mauvaise journée, on aura plus tendance à trouver un manque de corps dans ce que l’on goûte.

Sa cause

Il peut y avoir plusieurs causes. Tout d’abord comme je l’ai dit, une cause purement subjective venant du goûteur. La deuxième possibilité est la simplicité du style de la bière. Si l’on a l’habitude de boire des bières bien chargées en houblons ou de bon gros Stout, une Lager paraîtra toujours plus fade. Une autre possibilité peut-être aussi le manque d’ingrédients dans le brassage pour apporter la palette gustative suffisante. Il peut également être sujet d’une fermentation trop courte où les levures n’ont pas joué leur rôle.

Comment le contrôler ?

Voici quelques pistes pour ne pas trouver tout fade :

  • Diversifier les styles de bière que l’on boit
  • Bien respecter le temps de fermentation

A toi de jouer :

  1. Achète-toi une bière forte en caractère (Belgian tripel, IPA) et une lager légère
  2. Commence par boire une gorgée de la bière charpentée
  3. Passe ensuite à une gorgée de la lager
  4. Tu verras que la lager n’arrive pas à se distinguer face à la bière de caractère

Tu as aimé cette 1ère partie ? N'hésite pas à la partager sur les réseaux. Tu as testé une non-flaveur, dis-nous ce que tu en as pensé en commentaire.

Si tu as aimé cet article, n’hésite pas à suivre Le Bear Trotter sur Facebook ou Instagram.
Si ce n’est pas déjà fait, pense à télécharger mon guide “Choisir et accorder sa bière à un plat en un clin d’oeil” pour aller plus loin.
A la prochaine pour un nouvel article et bonnes dégustations !

Cet article a 1 commentaire

  1. Merci Damien pour cet article puissant, complet et instructif. J’ai hâte de lire la suite

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu

Recevez gratuitement le livre "Choisir et accorder sa bière à un plat en un clin d’œil ! "